Cité de la Voix : Un été musical réinventé

On s’était habitué aux « Rencontres Musicales » de fin Août et on se promettait d’être présents pour la 21e édition, on attendait les découvertes proposées aux « Quotidiennes » mais le virus est passé paar là et à Vézelay comme ailleurs, il a fallu abandonner les projets.

Abandon ? Pas tout à fait. Comme l’écrit le Directeur de La Cité de la Voix, établissement créé à l’initiative de la Région Bourgogne Franche-comté :

« Durant ces dernières semaines, nous n’avons pas baissé les bras. Bien au contraire !
Cet été musical réinventé témoigne de l’engagement continu de l’équipe de l’établissement pour faire vivre notre belle maison, de la confiance et du soutien indéfectibles de nos partenaires et surtout d’un lien ininterrompu avec les artistes avec qui nous rêvons de ces retrouvailles tant espérées depuis des semaines… Nous y voilà enfin ! …

La Cité de la Voix tient ainsi sa promesse d’être au rendez-vous d’un retour attendu à la vie, qui n’aurait aucune saveur sans musique et sans la joie de se retrouver ensemble. »

Si on a dû renoncer aux grandes formations, si les candidats aux résidences de Juillet devront attendre, le programme de cet été « réinventé » ne manque pas de charmes.

Entretien avec François Delagoutte, Directeur de La Cité de la Voix de Vézelay…

Retour au programme

William Sabatier et 1 quintet de l’ODB jouent les Saisons de Piazzolla

C’est dans le cadre du festival en ligne de l’Opéra de Dijon « Artistes en résistance, en résidence » que William Sabatier et 1 quintet à cordes de l’Orchestre Dijon Bourgogne jouent les 4 saisons d’Astor Piazzolla dimanche 7 Juin à 20 h.

Venu de son Auvergne natale, William Sabatier habite près de Dijon depuis 5 ans et poursuit son activité au service de son instrument de prédilection et de son répertoire : le bandonéon, en soliste ou au sein de diverses formations d’ici et d’ailleurs.

Rencontre avec un musicien atypique qui ne mâche pas ces mots lorsqu’il s’agit d’évoquer certaines associations incongrues et à la mode à l’occasion de tel ou tel programme de concerts…

Retour au programme

Paolo Zanzu : Double CD pour 6 suites « Anglaises » de J.S. Bach

Bel enregistrement que le double album publié par le label Belge Musica Ficta consacré aux 6 « Suites Anglaises » de Jean-Sébastien Bach.

Elles ont été enregistrées en 2017 et 2018 par le Claveciniste Paolo Zanzu qui, partant de son Italie natale est passé par Paris, Londres… avant de se fixer dans la région de Semur-en-Auxois, en Côte-d’Or.

Jour après jour, du 1er au 5 Juin, BFC Classique, en compagnie du musicien, vous propose de découvrir quelques unes des plages de ce CD à 10h, 16h et 22h.

1) Six suites « Anglaises » pour un compositeur génial qui  » n’a jamais quitté son Allemagne natale « …

2) Enregistrement réalisé en Belgique sur un instrument d’exception…

3) Le clavecin, un instrument expressif…

4) Quand gigue, allemande ou bourrée ne sont plus que formes musicales…

5) Difficulté et virtuosité…

Retour au programme

Leonardo Garcia-Alarcon et sa Cappella Mediterranea au Festival en ligne de l’Opéra de Dijon

1er ensemble à se présenter pour 5 soirées au festival « Artistes en résistance, en résidence », festival en ligne imaginé et organisé en quelques semaines par Laurent Joyeux et son équipe de l’Opéra de Dijon, La Cappella Mediterranea de Leonardo Garcia-Alarcon.

Leonardo Garcia Alarcon, artiste en résidence à l’Opéra de Dijon avec Cappella Mediterranea a souhaité, pour célébrer les retrouvailles avec une partie de son ensemble, faire revivre les musiques qui l’ont accompagné pendant toute la période de confinement.

ARTISTES INVITÉS Mariana Florès, Rodrigo Calveyra, Marie Bournisien, Margaux Blanchard, Monica Pustilnik, Quito Gato, William Sabatier, Chouchane Siranossian, Leonardo García Alarcón.

Jour après jour, Leonardo Garcia-Alarcon livre aux auditeurs de BFC Classique quelques clés pour mieux apprécier le mini-concert du soir.

A chaque soirée son thème :

Mercredi 27 mai – Le madrigal italien avec des ŒUVRE DE Jacques Arcadelt , Giulio Caccini, Girolamo Frescobaldi.

Jeudi 28 mai – Monteverdi et Cavalli à Venise – Les Maîtres vénitiens. On entendra des extraits d’oeuvres de Claudio Monteverdi et Francesco Cavalli.

Vendredi 29 mai – Les compositrices vénitiennes ŒUVRE DE Barbara Strozzi, Antonia Bembo,…

Samedi 30 mai – De l’Espagne à l’Argentine ŒUVRE DE Romerico Florido, Mateo Romero, Astor Piazzolla, Joan Manuel Serrat.

Mercredi 3 juin – Bach et ses prédécesseurs : oeuvres DE Farina, Schmelzer, Muffat, Bach, Walther, Biber, Westhoff

 

Crédit photo © Gilles Abegg – Opera de Dijon

 

Retour au programme 

Un festival en ligne à l’Opéra de Dijon

Sous le titre « Artistes en résistance, artistes en résidence », l’Opéra de Dijon propose soir après soir, du 27 Mai au 6 Juillet une série d’événements musicaux.

Sur ces 36 soirées, 28 seront de vrais concerts courts enregistrés dans un Auditorium vide car, que l’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pas de rediffuser des spectacles captés durant la saison brutalement interrompue à la mi-Mars ou durant les années précédentes.

Pourtant, à l’occasion de ces rendez-vous originaux de 20 h, on retrouvera des « habitués de la Maison », artistes en résidence ou associés à l’Opéra pour la plus part, tels Léonardo Garcia-Alarcon qui ouvrira le bal avec sa Capella Méditerranéa, de l’Ensemble Les Dissonances de David Grimal ou des Traversées Baroques…

L’esprit et les multiples raisons d’être d’un festival durant lequel les surprises ne sont pas exclues avec Laurent Joyeux, directeur de l’Opéra de Dijon

Retour au programme

Le chef Sebastiano Rolli avant les représentations de Macbeth à l’Opéra de Dijon

C’est par une nouvelle production que l’Opéra de Dijon devait terminer ce mois de Mars avec 4 représentations de Macbeth de Verdi, nous savons que, depuis l’enregistrement et la mise en ligne de ce sujet, l’établissement doit, comme beaucoup d’autres, renoncer à tenir ses manifestations publiques (voir le communiqué publié le 13 Mars ci-dessous).

Pourtant, ce retrait ne retire rien à l’intérêt des propos de Sebastiano Rolli pour qui s’intéresse à l’histoire de la musique.

Bonne lecture, bonne écoute…

Faut-il rappeler la sombre histoire portée au théâtre par le génie de Shakespear ?

Sur la lande, après la bataille, trois sorcières apparaissent à Macbeth, seigneur de Glamis, et le saluent de titres qu’il ne porte pas : seigneur de Cawdor et roi d’Ecosse. À son ami Banco, elles prophétisent un destin moins grand mais une longue descendance royale.

Interloqués, les deux amis retournent au camp pour apprendre que Macbeth, pour récompenser son courage militaire, est fait seigneur de Cawdor. Désormais obsédé par l’oracle des sorcières, le fidèle Macbeth rêve du trône et, poussé par l’ambition sans borne de son épouse, se résout à l’irréparable : une nuit, dans son propre château où il l’accueille, Macbeth assassine son souverain et ami et se fait luimême couronner.

L’engrenage fatal est dès lors enclenché. Le meurtre appelle le meurtre : pour maintenir un pouvoir illégitime, pour réduire au silence la suspicion, pour noyer la culpabilité qui le ronge et faire taire les spectres qui le hantent, Macbeth tue, jusqu’aux femmes et enfants de ceux qui semblent menacer son pouvoir.

Entouré d’une folie grandissante, en proie à la paranoïa des tyrans, abandonné par sa femme envahie par la démence du remords, Macbeth s’enfonce dans le crime jusqu’à ce que le sang répandu le submerge et que les forêts se mettent en marche sous ses yeux.

Premier des trois opéras shakespeariens de Verdi, cette oeuvre monumentale sera donnée dans l’Auditorium de l’Opéra de Dijon à l’occasion de 4 représentations les 22, 24, 27 et 29 Mars dans une mise en scène de Nicola Raab et sous la direction du jeune chef Italien Sebastiano Rolli, à la tête de l’Orchestre Dijon-Bourgogne, des Choeurs de l’Opéra de Dijon et d’une belle distribution de solistes internationaux.

Verdi a publié 2 versions de son Macbeth, la première en 1847 et une seconde en 1865 pour laquelle il procède à de profondes transformations. C’est cette version qui sera présentée à Dijon.

En avant-première de ces représentations, BFC Classique a interrogé Sebastiano Rolli qui propose une lecture très politique de l’oeuvre de Verdi et n’hésite pas à affirmer : « Verdi, c’est prophétique »…

Compte tenu de la situation sanitaire nationale, l’Opéra de Dijon a publié, le vendredi 13 Mars, ce communiqué :

En raison des décisions nouvelles prises par le Président de la République et le Gouvernement français afin de prévenir la propagation du COVID-19, l’Opéra de Dijon est contraint d’annuler l’ensemble des spectacles et manifestations publiques prévus à compter de ce jour et jusqu’au 8 avril et jusqu’à nouvel ordre.

L’Opéra de Dijon prendra contact très prochainement avec l’ensemble des spectateurs concernés par ces annulations..

Retour au programme

Sandrine Piau avec l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté

Après Isabelle Druet et Karine Deshayes, voici que l’Orchestre Victor Hugo reçoit l’immense soprano Sandrine Piau à l’occasion du concert dirigé par Jean-François Verdier au Théâtre Ledoux de Besançon où l’on jouera à guichet fermé.

Titre du programme : « Les nouveaux Romantiques » qui permettra d’entendre

JEAN SIBELIUS (1865-1957) : Spring song, op.16, 1894 Valse triste, op.44 n°1, 1904

ALBAN BERG (1885-1935) : Sept lieder de jeunesse, 1905-1908

ALEXANDER VON ZEMLINSKY (1871-1942) : Waldgesprach (Discours de la forêt), ballade pour soprano et orchestre, 1896 et Morgen, 1894 ŒUVRE MYSTERE

RICHARD STRAUSS (1864-1949) : Der Rosenkavalier (Le Chevalier à la rose), suite de valses n°2, 1944

Fidèle à son habitude, Jean-François Verdier profitera du passage de Sandrine Piau pour enregistrer, avec l’Orchestre, un disque à paraître dans quelques mois.

Le concert a été présenté lors d’une mise en oreille le 5 Mars par 2 musiciens de l’Orchestre dont le hautboïste Fabrice Ferez interrogé par BFC Classique…

Retour au programme

Lise Viricel chante Barbara Strozzi au festival « Elles »

En ouverture de la seconde édition du festival « Elles », la soprano Lise Viricel propose, accompagnée de 4 musiciens et 1 récitant, un portrait musical et poétique de Barbara Strozzi, personnage extraordinaire du XVIIe siècle, chanteuse, compositrice… dont on sait, en fait, peu de choses.

Spectacle vendredi 6 Mars dans la grande salle de la Cité de la Voix de vézelay, en attendant la sortie d’un disque qu’elle vient d’enregistrer.

Avant le concert de Vézelay, échange avec Lise Viricel…

Retour au programme

« Un Bohémien à Paris » avec l’Orchestre Dijon-Bourgogne

C’est à un compositeur classique parmi les classiques et pourtant presque inconnu des mélomanes que s’intéressent 8 solistes de l’Orchestre Dijon-Bourgogne à l’occasion du prochain concert de musique de chambre organisé par l’Orchestre : Anton Reicha dont ils interpréteront l’octuor en mi bémol majeur OP.96 dimanche 8 Mars dans la Salle des Actes de l’Hôtel

Interprètes : DOMINIQUE DOURNAUD (HAUTBOIS), ÉRIC PORCHE (CLARINETTE), FLORENCE HAMEL (BASSON), BERNARD MORARD (COR), ANNE MERCIER, THIERRY JUFFARD (VIOLONS), SANDRA DELAVAULT (ALTO), SÉBASTIEN PAUL (VIOLONCELLE).

Présentation avec le violoniste Thierry Juffard…

Retour au programme

Un week-end Mozart à Gray !

Les 7 et 8 Mars, le théâtre et la Basilique Notre-Dame de Gray, en Haute-Saône, accueillent 3 concerts consacrée à la musique de Mozart.

Si, le dimanche, dans la Basilique, l’ensemble local Contrez-ut interprétera le monumental Requiem, c’est le Quatuor Manfred qui, le samedi, apportera la musique des 2 concerts donnés dans le théâtre..

C’est donc dès 18 h que l’on pourra entendre les quatuors K387 et K465 (Les Dissonances).

A 20 h 30, toujours au théâtre, d’abord les Manfred seuls pour l’Adagio et fugue en ut mineur, dans sa version quatuor (K546) avant que le pianiste Benjamin Faure n’entre en scène pour donner la Fantaisie n°4 en do mineur K475 pour piano, le concert se terminant par le Concerto pour piano et quatuor à cordes en la majeur K414.

Echange avec Emmanuel Haratyk, altiste du Quatuor Manfred.

Retour au sommaire