Lire le dossier de presse

BFC Classique

L’autre climat musical en Bourgogne-Franche-Comté

 

Origine du projet

Depuis le 1er Janvier 2016, les 8 départements de Bourgogne et de Franche-Comté sont réunis dans une seule Région : la Bourgogne-Franche-Comté reconnue sous l’acronyme familier BFC.

8 Départements avec 2 orchestres professionnels reconnus (Orchestre Dijon-Bourgogne, Orchestre Victor Hugo Franche-Comté), des ensembles vocaux et instrumentaux réputés, des solistes dont la célébrité n’est plus à faire… Sans parler d’une multitude d’ensembles amateurs plus ou moins chevronnés…

8 Départements avec ses institutions prestigieuses, ses festivals classiques incontournables, ses écoles de musique, ses structures de production.

Faut-il enfin évoquer le patrimoine ? Cathédrales, abbayes, églises, châteaux… La grande région ne manque pas de joyaux architecturaux devenant bien souvent, de façon plus ou moins occasionnelle, lieux de musique. La musique est partout en Bourgogne-Franche-Comté ; des théâtres de nos villes aux salles des fêtes de nos villages, sans oublier les musées ou des installations dédiées au concert de construction récente.

La musique classique est partout et pourtant, qui en parle ? Certes, la presse écrite annonce les concerts, les relate éventuellement après coup, nous brosse de temps à autre le portrait de la « star » de passage ou de l’artiste local qui vient de sortir son premier CD à compte d’auteur ; de son côté, la télévision en région montre parfois de belles séquences tournées en répétition ou en concerts, quant à la radio, c’est la Grande Misère. Les réseaux commerciaux ignorent le genre et si le Service Public est présent sur la zone à travers 4 antennes locales, la musique classique y est proscrite, parfois même encore qualifiée de « Grande Musique ».

La nécessité de créer un fil musical associant les annonces de concerts, les rencontres avec ceux qui la font, l’écoutent ou la diffusent en région, les lieux de musique plus ou moins prestigieux… Apparaissait donc comme une évidence : c’est BFC Classique.

 

Un fil musical

BFC Classique n’est pas une web-radio bavarde et la musique, classique, ça va de soi, y occupe 75% du temps, on peut donc parler de « fil musical ».

La Musique Classique : quel beau mais vaste monde !

Le fil musical de BFC Classique accueille tous les genres : baroque, symphonique, romantique, opéra, musique sacrée, musique de chambre, musique contemporaine, même si certains regretteront peut-être la présence trop ténue des compositeurs d’aujourd’hui.

L’éventail des titres diffusés est large, en expansion rapide et donc en constante évolution. Les œuvres diffusées sont principalement empruntées aux versions « de référence » et, bien entendu, aux enregistrements réalisés par les musiciens de la Région quand cela est possible.

Ce programme musical n’est pas organisé en émissions construites autour d’un présentateur ou d’un thème mais en agréable et large ruisseau où coule la musique, tout au plus peut-on y distinguer des moments, des climats, au cours de la journée. Ainsi, la matinée est principalement baroque, la musique sacrée ouvre ses trésors en cours d’après-midi ou la nuit et, entorse au nom même de la radio, le jazz apparaît en soirée.

Et quand BFC Classique parle, qu’y entend-on ?

Des annonces de concerts, de festivals, de sorties de disques enregistrés ou produits dans la Région ou interprétés par des musiciens d’ici. On y entend aussi des rencontres…

Rencontres avec les musiciens de Bourgogne Franche-Comté à l’occasion d’un événement dont ils sont acteurs ou organisateurs, rencontres avec les artistes de passage qui viennent apporter leur concours à tel ou tel événement musical…

Sur BFC Classique, on prend aussi le temps de visiter ou de redécouvrir les joyaux du patrimoine qui foisonnent dans nos 8 Départements, tant de cathédrales, d’églises, d’abbayes, de châteaux, de musées ou bâtiments de prestige qui sont souvent des lieux de musique. Dans ce patrimoine immense, une mention spéciale pour tous ces orgues dont la région est particulièrement riche.

 

BFC Classique et l’information

Si nous avons pris le parti de ne diffuser que quelques rappels de titres en matinale et en début de soirée, ceci ne veut pas dire que l’auditeur se trouve isolé dans sa bulle musicale, déconnecté du monde qui l’entoure.

N’oublions pas la spécificité d’une radio exclusivement numérique : des auditeurs équipés d’un ordinateur, d’un Smartphone, d’une tablette ou d’une box peuvent visualiser sur leur écran un certain nombre d’informations bien au-delà des titres des musiques diffusées. Ces auditeurs sont souvent, en outre, directement informés par les « grands média » ou les réseaux sociaux. Dans cet esprit, BFC Classique, qui suit plusieurs centaines de comptes Twitter ou FaceBook Bourguignon et Franc-comtois, se réserve la possibilité de faire écho sur son propre compte (@BfcClassique) aux informations ayant trait à tous les aspects de la vie culturelle en Bourgogne Franche-Comté, quelque soit l’origine (crédible) de l’information.

Quant à l’alimentation de ses interviews, reportages, annonces etc… nos sources sont multiples, entre les réseaux sociaux, les autres médias et les informations qui nous sont directement adressées par mail ou déposées sur un formulaire prévu à cet effet sur bfc-classique.fr.

 

Margaux, Julie… et les autres

Si les reportages, les rencontres, les chroniques, présentations d’’événements ou les interviews sont menés par des journalistes ou des présentateurs « humains » nos animatrices, lectrices de courts messages sont plus énigmatiques, mais aussi plus innovantes.

Charmé par leur voix, vous aurez peut-être envie de faire la connaissance de Julie ou de Margaux et qui sait… Attention ! La déconvenue sentimentale vous attend car vous pourrez, au mieux, vous retrouver en tendre tête à tête avec… le clavier et l’écran d’un ordinateur. Grâce à un accord avec le Groupe Acapela, BFC Classique utilise, en effet, des voix synthétiques qui participent essentiellement à l’habillage du programme

 

Ecouter BFC Classique

La voie royale pour entendre BFC Classique est de se connecter sur son site internet bfc-classique.fr. Un site dans la conception duquel l’attention a été particulièrement portée sur la légèreté, l’accessibilité et la simplicité d’utilisation.

Ainsi, bfc-classique.fr fonctionne facilement sur ordinateur mais aussi sur smartphone ou tablette sans la nécessité de recourir à une application mobile. Les spécialistes du genre diront que le site est « responsive ».

Le programme BFC Classique se devait également d’être présent sur les nouveaux « objets connectés ». Ainsi, depuis le printemps 2019, notre fil musical peut être écouté sur les systèmes utilisant « Alexa », l’assistante vocale d’Amazon. Plus de détails dans la rubrique « écouter autrement » du site de la radio.

A l’heure ou, toutes stations confondues, l’écoute en « replay » prend une part croissante, le site bfc-classique.fr propose une rubrique consacrée à l’écoute différée de la-plupart des sujets développés dans le programme, l’équipe de production se faisant une règle d’indiquer systématiquement par mail aux intervenants le lien permettant d’atteindre directement le module qui les concerne, chacun étant alors libre de partager ce lien, une possibilité est particulièrement appréciée par les musiciens, professionnels ou non, qui ne disposent pas d’un service de presse ou de communication développé, BFC Classique leur apportant alors un vrai élément de promotion.

 

Les ressources

Les moyens techniques

Si la diffusion numérique est assurée à Bruxelles par le Groupe Radionomy, la production du programme est pilotée par Alter Diffusion en Haute Côte-d’Or. C’est là que sont imaginés et coordonnés les éléments qui constituent l’ensemble
BFC Classique. Les rencontres, interviews de toute nature étant enregistrés à l’aide de moyens de reportage légers ou par le recours, aux techniques numériques permettant des liaisons de qualité à distance.

Les moyens d’existence

Le financement de la diffusion par Radionomy, les droits d’auteur et droits voisins, sont assurés par la publicité présente à raison de 2 fois 2 minutes par heures maximum. Un message commercial pourra être également reçu par l’auditeur à l’occasion de sa connexion. L’association productrice peut aussi recourir, entre autres financements, à la publicité locale ou régionale sous forme d’un écran d’une minute par heures et n’exclue pas de recourir à des formules de partenariat ou de coproduction. Donc, ni tapage ni envahissement commercial.

Comme toute association, Alter Diffusion (productrice du programme) tire aussi une partie de ses ressources des cotisations de ses adhérents.

 

Contacts

Site internet : http://bfc-classique.fr

Courriel : contact@bfc-classique.fr

Téléphone : (33) 0970 40 82 28 (tarif des communications locales)

Télécopie : (33) 0972 39 63 83

Adresse postale : BFC Classique – Alter Diffusion – BP 64
21150 Bussy le Grand

BFC Classique est également présent sur Twitter, Facebook et Skype.

Edition Août 2019 © Alter Diffusion

Retour au programme