Les Quotidiennes de retour à la Cité de la Voix de Vézelay

Suspendues en 2020, « Les Quotidiennes » sont de retour à la Cité de la Voix de Vézelay avec 4 ensembles vocaux qui, du 13 Juillet au 8 Août vont successivement passer une semaine en résidence artistique.

De retour ? Pas tout à fait car si les artistes en devenir se feront bien entendre au quotidien dans les jardins de l’établissement, il a fallu renoncer aux mini-concert habituellement présentés en la Basilique Sainte-Marie-Madeleine. Heureusement, le concert proposé en fin de stage dans une Eglise des alentours est maintenu.

Précisions avec François Delagoutte, directeur de la .Cité de la Voix

Retour au programme

Flavigny-sur-Ozerain : un festival pour Marie-Madeleine

En donnant son nom au festival qu’elle organise à Flavigny-sur-Ozerain, du 3 au 10 Juillet, l’association Les Petits Chemins place résolument la manifestation dans le droit fil de son action : amener la culture et le spectacle à tous les publics, fussent-ils en EHPAD ou à l’hôpital.

Pour ce début Juillet, les artistes investissent divers lieux de patrimoine de ce charmant village de Haute-Côte-d’Or qui n’en manque pas.

En plus des concerts ou lectures, le festival se déroule en lien étroit avec un stage de chant choral qui trouvera son aboutissement dans l’interprétation de « Marie Magdeleine » de Jules Massenet, « drame sacré », selon les mots du compositeur en 1873. L’oeuvre sera donnée dans une version soliste, choeurs et piano.

L’ensemble des concerts et lectures est ainsi inspiré par le personnage de Sainte Marie-Madeleine, donnant au festival une couleur indiscutablement mystique,, voire religieuse.

Jean-Christophe Hurtaud, ténor et flûtiste, est responsable de l’association organisatrice…

Retour au programme

Festival Les Musicaves à Givry (71)

Organisé, du 30 Juin au 3 Juillet, dans 2 domaines viticoles de Givry, en Saône-et-Loire, le Festival propose 1 éventail musical assez large pour s’apparenter aux musiques du monde plus qu’au genre classique..

Contrairement à ce que semble annoncer l’intitulé « Musicaves », n’attendez pas d’écouter votre musique préférée sous quelque voûte au parfum vineux et prometteur : tous les concerts se déroulent en extérieur et, particularité de l’édition 2021, les organisateurs ont dû renoncer à partager avec vous le verre de la dégustation.

Le flûtiste Philippe Pérousset est le responsable artistique des Musicaves

Retour au programme

Orchestre Victor Hugo : des vidéos pour sensibiliser les enfants à la musique

En attendant de retrouver le public, l’OVHFC se lance dans un projet d’action culturelle numérique à destination des élèves de primaire et de secondaire pour développer leur écoute et les amener à voir et imaginer ce que la musique exprime.

A partir de deux œuvres : Ma Mère l’Oye de Ravel (basée sur des contes de Perrault) pour les écoliers et l’Ouverture d’Egmont de Beethoven (basée sur un conte de Goethe) pour les collégiens
et lycéens, l’Orchestre produira deux séries de modules vidéos comportant l’enregistrement de
ces œuvres, des décryptages et des mises en lumière.

Ce projet, conçu par Thierry Weber, avec Jean-François Verdier et Laurent Comte, est mené en relation avec le monde enseignant à qui il se propose d’apporter des outils complémentaires aux actions de sensibilisation faites en classe…

Le point sur des produits en cours de développement avec leur concepteur, Thierry Weber, chef d’orchestre, médiateur et professeur à Lausanne…

Retour au programme

Des  » concerts flash  » pour l’ODB

Ils sont passés par ici, ils repasseront par là… « Ils », ce sont les musiciens de l’Orchestre Dijon-Bourgogne, intervenant en petites formations dans les rues de Dijon par surprise, sans annoncer un programme, on sait jusque c’est vers 18 h jusqu’à la mi-juillet.

Les interventions de ces commandos musicaux ne durent que quelques minutes et sont ensuite à retrouver en son et image sur la page Facebook de l’Orchestre.

Occasion de s’interroger, avec Floriane Cotet, directrice de l’Orchestre Dijon-Bourgogne, sur la façon dont peuvent travailler des musiciens d’orchestre après 2 mois de confinement et face à une situation catastrophique pour les acteurs culturels…

Retour au programme

Un festival en ligne à l’Opéra de Dijon

Sous le titre « Artistes en résistance, artistes en résidence », l’Opéra de Dijon propose soir après soir, du 27 Mai au 6 Juillet une série d’événements musicaux.

Sur ces 36 soirées, 28 seront de vrais concerts courts enregistrés dans un Auditorium vide car, que l’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit pas de rediffuser des spectacles captés durant la saison brutalement interrompue à la mi-Mars ou durant les années précédentes.

Pourtant, à l’occasion de ces rendez-vous originaux de 20 h, on retrouvera des « habitués de la Maison », artistes en résidence ou associés à l’Opéra pour la plus part, tels Léonardo Garcia-Alarcon qui ouvrira le bal avec sa Capella Méditerranéa, de l’Ensemble Les Dissonances de David Grimal ou des Traversées Baroques…

L’esprit et les multiples raisons d’être d’un festival durant lequel les surprises ne sont pas exclues avec Laurent Joyeux, directeur de l’Opéra de Dijon

Retour au programme

Le chef Sebastiano Rolli avant les représentations de Macbeth à l’Opéra de Dijon

C’est par une nouvelle production que l’Opéra de Dijon devait terminer ce mois de Mars avec 4 représentations de Macbeth de Verdi, nous savons que, depuis l’enregistrement et la mise en ligne de ce sujet, l’établissement doit, comme beaucoup d’autres, renoncer à tenir ses manifestations publiques (voir le communiqué publié le 13 Mars ci-dessous).

Pourtant, ce retrait ne retire rien à l’intérêt des propos de Sebastiano Rolli pour qui s’intéresse à l’histoire de la musique.

Bonne lecture, bonne écoute…

Faut-il rappeler la sombre histoire portée au théâtre par le génie de Shakespear ?

Sur la lande, après la bataille, trois sorcières apparaissent à Macbeth, seigneur de Glamis, et le saluent de titres qu’il ne porte pas : seigneur de Cawdor et roi d’Ecosse. À son ami Banco, elles prophétisent un destin moins grand mais une longue descendance royale.

Interloqués, les deux amis retournent au camp pour apprendre que Macbeth, pour récompenser son courage militaire, est fait seigneur de Cawdor. Désormais obsédé par l’oracle des sorcières, le fidèle Macbeth rêve du trône et, poussé par l’ambition sans borne de son épouse, se résout à l’irréparable : une nuit, dans son propre château où il l’accueille, Macbeth assassine son souverain et ami et se fait luimême couronner.

L’engrenage fatal est dès lors enclenché. Le meurtre appelle le meurtre : pour maintenir un pouvoir illégitime, pour réduire au silence la suspicion, pour noyer la culpabilité qui le ronge et faire taire les spectres qui le hantent, Macbeth tue, jusqu’aux femmes et enfants de ceux qui semblent menacer son pouvoir.

Entouré d’une folie grandissante, en proie à la paranoïa des tyrans, abandonné par sa femme envahie par la démence du remords, Macbeth s’enfonce dans le crime jusqu’à ce que le sang répandu le submerge et que les forêts se mettent en marche sous ses yeux.

Premier des trois opéras shakespeariens de Verdi, cette oeuvre monumentale sera donnée dans l’Auditorium de l’Opéra de Dijon à l’occasion de 4 représentations les 22, 24, 27 et 29 Mars dans une mise en scène de Nicola Raab et sous la direction du jeune chef Italien Sebastiano Rolli, à la tête de l’Orchestre Dijon-Bourgogne, des Choeurs de l’Opéra de Dijon et d’une belle distribution de solistes internationaux.

Verdi a publié 2 versions de son Macbeth, la première en 1847 et une seconde en 1865 pour laquelle il procède à de profondes transformations. C’est cette version qui sera présentée à Dijon.

En avant-première de ces représentations, BFC Classique a interrogé Sebastiano Rolli qui propose une lecture très politique de l’oeuvre de Verdi et n’hésite pas à affirmer : « Verdi, c’est prophétique »…

Compte tenu de la situation sanitaire nationale, l’Opéra de Dijon a publié, le vendredi 13 Mars, ce communiqué :

En raison des décisions nouvelles prises par le Président de la République et le Gouvernement français afin de prévenir la propagation du COVID-19, l’Opéra de Dijon est contraint d’annuler l’ensemble des spectacles et manifestations publiques prévus à compter de ce jour et jusqu’au 8 avril et jusqu’à nouvel ordre.

L’Opéra de Dijon prendra contact très prochainement avec l’ensemble des spectateurs concernés par ces annulations..

Retour au programme

Fête des Cuivres à Nuits-Saint-Georges

C’est à l’initiative de l’association Musique au Chambertin que se tiendra, dimanche 15 Mars en l’Eglise Saint-Denis de Nuits-St-Georges, la fête des cuivres.

3 ensembles feront résonner leurs instruments : l’Ensemble Kiosque, le Grand Ensemble de Cuivres du Conservatoire de Dijon et le Spanish Brass dans un programme à l’éventail très large.

Présentation avec le trompettiste Thierry Caens, professeur au CRR de Dijon et responsable de Musique au Chambertin

Retour au programme

Sandrine Piau avec l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté

Après Isabelle Druet et Karine Deshayes, voici que l’Orchestre Victor Hugo reçoit l’immense soprano Sandrine Piau à l’occasion du concert dirigé par Jean-François Verdier au Théâtre Ledoux de Besançon où l’on jouera à guichet fermé.

Titre du programme : « Les nouveaux Romantiques » qui permettra d’entendre

JEAN SIBELIUS (1865-1957) : Spring song, op.16, 1894 Valse triste, op.44 n°1, 1904

ALBAN BERG (1885-1935) : Sept lieder de jeunesse, 1905-1908

ALEXANDER VON ZEMLINSKY (1871-1942) : Waldgesprach (Discours de la forêt), ballade pour soprano et orchestre, 1896 et Morgen, 1894 ŒUVRE MYSTERE

RICHARD STRAUSS (1864-1949) : Der Rosenkavalier (Le Chevalier à la rose), suite de valses n°2, 1944

Fidèle à son habitude, Jean-François Verdier profitera du passage de Sandrine Piau pour enregistrer, avec l’Orchestre, un disque à paraître dans quelques mois.

Le concert a été présenté lors d’une mise en oreille le 5 Mars par 2 musiciens de l’Orchestre dont le hautboïste Fabrice Ferez interrogé par BFC Classique…

Retour au programme

« Un Bohémien à Paris » avec l’Orchestre Dijon-Bourgogne

C’est à un compositeur classique parmi les classiques et pourtant presque inconnu des mélomanes que s’intéressent 8 solistes de l’Orchestre Dijon-Bourgogne à l’occasion du prochain concert de musique de chambre organisé par l’Orchestre : Anton Reicha dont ils interpréteront l’octuor en mi bémol majeur OP.96 dimanche 8 Mars dans la Salle des Actes de l’Hôtel

Interprètes : DOMINIQUE DOURNAUD (HAUTBOIS), ÉRIC PORCHE (CLARINETTE), FLORENCE HAMEL (BASSON), BERNARD MORARD (COR), ANNE MERCIER, THIERRY JUFFARD (VIOLONS), SANDRA DELAVAULT (ALTO), SÉBASTIEN PAUL (VIOLONCELLE).

Présentation avec le violoniste Thierry Juffard…

Retour au programme